à la Une

Les silences de l’Amour…

« j’ai  enregistré quelques un de nos moments passés ensembles.
Avec mon téléphone que je posais quelque part et qui captait tous les bruits autour: nos voix, nos ébats, le son en fond sonore de la télé, des bruits de l’extérieur, etc… , et surtout les moments de silence
ça m’a inspiré pour écrire ce texte de chanson que j’ai appelé  » les silences de l’amour »

 

LES SILENCES DE L’AMOUR

1-dans cette bande sonore il n’y a que lui et moi.

alors je parle tout bas et il me répond doucement

  se racontant nos vies d’hier, d’aujourd’hui

Celles qui survivent hors de notre bulle.

On se titille. Au début ce n’est qu’un jeu

Et survient la  dispute. On s’y lance

Sans trop savoir pourquoi

 Parfois violemment, souvent tendrement

REFRAIN :

Et puis vient le silence.

Celui qui laisse le temps à nos cœurs de souffler,

De contenir ce trop-plein d’amour

Qui parfois nous suffoque

 

 

2- Telle une boite à réclame on se plaint de nos misères,

dans la cuisine nos voix résonnent lorsqu’on s’éloigne

Entre les bruits de casseroles

La mienne faussement sensuelle

 La sienne faussement virile

On surjoue, il y a un ton de trop, mais qu’importe

ce mélange de fausses notes créent un charmant contraste

REFRAIN

ET puis le silence que l’on laisse quand la pièce se vide

N’en est pas un vraiment.

En fond , il reste toujours un bruit qui berce notre absence

Le bruitage de l’amour

 

 

3-Ce moment inévitable qu’on attend patiemment

qu’on provoque tout en le redoutant

lorsque nos voix se mêlent et nos souffles s’enchainent

pour entonner l’hymne universel, qui fait danser les corps

REFRAIN

Et puis il y a ce bruit, ces sons de lui et moi

cette musique qui  provoque l’émoi,

dans un crescendo vertigineux

pour enfin atterrir et se poser en silence ,

en laissant un parfum d’amour

 

 

 

4-Les fous rires, les rires aux éclats,

Les rires creux, ceux qu’on ne contrôle pas

la  passion que l’on partage sur un air de guitare

Entre les notes que l’on pince, et la musique qui se perd

Comme pour découvrir à l’autre une partie de soi

REFRAIN

Et puis vient le silence, celui qui ne se raconte pas

le silence effroyable quand arrive le moment

De se quitter sans le vouloir

Se résigner pour faire durer le doux supplice

En s’accordant ces notes de silence qui créent l’amour.

 

 

Publicités
à la Une

Mes rencontres…

Les rencontres, les bonnes sont comme un baume pour l’esprit.

oui, les rêves de grande fille existent . j’ai enfin pu prendre mon courage à deux mains pour coucher par écrit toutes mes réflexions et par conséquent, se soumettre à votre jugement.  Mais Si c’est le but du jeu, qu’il en soit ainsi.

Les rencontres , les bonnes sont comme un baume pour l’esprit. elles vous laissent de bons comme de mauvais souvenirs , débouchent sur des histoires d’amour ou d’amitié , mais surtout nous en apprennent sur nous-mêmes, sur la vie, sur le monde qui nous entoure. Je suis sure que vous avez déjà été en phase avec une personne lors d’une discussion et même avoir eu l’impression de la connaitre depuis longtemps.  lorsqu’en l’écoutant , vous avez l’impression de vous entendre ou mieux qu’elle répond à une question que vous vous étiez déjà posée, ou mieux encore, qu’elle vous donne une réponse à une question encore non formulée?

Je ne sais pas pour vous, mais il m’arrive d’avoir la chair de poule au cours de ce genre de rencontres.

Vous vous demanderez peut être pourquoi je souhaite écrire sur la rencontre? parceque pour moi, l’humain est la plus grande richesse, source de connaissance, d’émotions, de vie. c’est par l’humain que l’homme grandit

la bonne rencontre pour moi, c’est donc ce moment authentique qui vous en apprend un peu plus sur vous même, quelque soit le sujet , qu’on soit en accord ou pas d’ailleurs. En vous laissant sur cette dernière réflexion, vous rappeler à votre  tour ces moments de vie à capturer, je vous dis à très vite dans le prochain article pour parler d’une première rencontre.

Petite pensée du soir 🙂 réadaptée d’un poème de charlie chaplin (j’en raffole)

« le jour où je me suis aimée pour de vrai,

j’ai compris qu’à chaque moment désagréable de la vie (comme il y en a toujours 🙂 ) Au lieu de le subir, il fallait juste le remplacer  aussitôt par un de ces moments tous simples qui justifient notre présence sur terre: boire un bon verre en écoutant une bon morceau de jazz au frais, pour ma part 🙂 …. Ce jour là, je me suis félicitée de m’aimer autant.

mes rencontres radio-toniques

Je ne suis pas mes rondeurs! ( enfin, pas que…)

FB_IMG_1538411139898« Avoir des formes » comme on dit en Afrique est un idéal de beauté.  C’est aussi une bien belle façon de parler de nos seins et de nos fesses sans qu’on ne s’en offusque.

La société a décidé qu’avoir certaines parties du corps particulièrement généreuses était une qualité auprès de la gent masculine.

A priori ça ne devrait pas poser de soucis n’est ce pas ? Qui va se plaindre de plaire et d’attirer l’attention parcequ’ on a un corps voluptueux ? Pas moi en tout cas. Je sais apprécier mes atouts à leur juste valeur.

par contre ,il ya la dedans un grave amalgame, un tas de paradoxe et  une terrible injustice à réparer que moi et des milliers de femmes vivons au quotidien.

paradoxe …

S’il est vrai qu’une femme en rondeurs en afrique est un idéal, Pourquoi la vendeuse m’a t-elle regardée de cette façon qui m’a fait me sentir comme une intruse en me disant sans même que je lui donne ma taille :  » on a pas plus que la taille 42″

Amalgame…

Pourquoi dans les castings de séries télé ou de pubs dans lesquels je suis retenue on me propose souvent le rôle de la maman , la vendeuse, la villageoise, la bonne ou la femme baggareuse ? Ou pour parler de manière générale, les médias ( campagnes publicitaires, cinéma, etc.) associent systématiquement un certain physique à une  catégorie de femmes?

Je respecte ces femmes et elles méritent  d’etre représentées que ce soit par moi ou d’autres, alors lorsque cela arrive la première  fois , on ne se pose pas vraiment la question, on se sent surtout chanceuse d’avoir été retenue devant des centaines d’autres . Lorsque cela devient récurrent, et qu’on comprend qu’on a le  » physique type de la mama » on commence quand même à se vexer quelle soit la grande estime qu’on peut avoir de soi. Cette image véhiculée est un cliché.  Il est faux , Injuste et réducteur .

Les médias doivent rétablir la realité.  l’héroïne du film ne peux pas toujours être la mince, la fille en couverture du magazine non plus. Car celle-là même que les hommes préfèrent et auxquelles la majorité des femmes s’identifient est bien une femme en rondeurs.

Injustice  ….

j’aime l’idée de faire du shopping  dans les boutiques de créateurs africains qui développent la mode  » made in chez nous  » . Mais aussi absurde que cela puisse paraître,c’est encore moi la ronde qui me retrouve frustrée . Pourquoi s’arrete t-on encore à la taille 42? Par manque de tissu? C’est une blague ou quoi ?

J’aimerais tellement pouvoir faire comme dans les films tu sais … Entrer et sortir de la cabine d’essayage en enfilant des tas de vêtements , Sans souffrir en les portant, sans risquer de les déchirer . Oups ! Et lorsque cela arrive, j’aimerais oser me mettre en colère plus que ça, au lieu de ravaler ma frustration comme si j’acceptais d’être l’intruse.

Le  fantasme…

Dans l’imaginaire collectif de l’hétéro-communauté , la femme qui fait fantasmer,  Celle qui peut lever même un religieux ressemble à eudoxie.

Les hommes ont aussi un autre fantasme : celui d’entretenir une discussion profonde avec une femme intelligente , pleine d’esprit et ayant de la répartie, mais ce n’est certainement pas à l’image de la big mama qu’on associera ce dernier. Ça encore, c’est cliché .

Alors Parlons du futur, de ce qui doit changer ….Travailler dans le monde du cinéma m’a fait réaliser que nous tous, et moi y compris entretenions sans le savoir ce cliché erroné de la femme ronde. Pareil pour la pub et tous les autres médias .

J’ai été élevée pour être autre chose qu’un fantasme sexuel et j’ai passé 30 ans de ma vie à m’efforcer d’être une femme cultivée, à prendre soin de mon cerveau autant que de mon corps , à prouver qu’être une femme ne se résume pas à un rôle, une seule façon d’être .

Je refuse de continuer à entendre que c’est   le grand boubou qui me va à merveille. J’aime me sentir sexy dans mon pantalon jean taille 46 , dans mon short aussi , et je reeeeeve de me mettre un jour en mini jupe. Et parlant de ca, celui là même qui trouvera cela innapropriée est le même qui aime mes grosses cuisses en privé et est choqué lorsque je les dévoilent .

il existe en effet, différents genres de femmes : La coquine, la moderne , la fatale, la bad girl, la maman , l’intello, la soumise , la villageoise , la working girl, la leader, la poupée, la Salope, la peste , la femme enfant , le garçon manqué, la michto, etc.

Eh bien vous savez quoi? Je retrouve ces femmes en moi. Ce sont les différents rôles de ma vie .  Certains que j’ai joué au moins une fois  , d’autres que je joue au quotidien , d’autres qui m’attendent surement . Avec le même physique pourtant. Les mêmes rondeurs.

Commence…

Commence maintenant .

Commence avec le doute, Commence avec la peur au ventre mais commence.

Le plus dur est de commencer , tu verras alors que plus jamais tu ne voudras t’arrêter.

On a tous eu besoin d’une personne qui nous tient par la main quand on se lance .

je suis là si tu as besoin même si je sais que ça ne sera pas nécessaire.

Alors commence très cher (e) et sois fier(e) de toi car moi je le suis déjà .

 

Ps: texte réadapté d’un poème que j’ai lu l’année dernière.  Je n’arrive pas à le retrouver donc j’ai décidé de l’écrire à ma façon.

j’ai souvent mis du temps à commencer  jusqu’au moment ou j’ai compris que je n’ai rien à perdre si je me plante, alors que si j’hésite jamais je ne saurais ce qu’il y avait au bout de ce moment, après avoir commencé.

 

 

 

La voix …du plaisir

Tout le long de nos échanges entrecoupés par le train rapide de nos vies ,

des massages vocaux prodigués à nos esprits, des mélodies partagées et mises en boîte,

la voix a été le point de départ.

Apaisante aux moments torpillés, chaleureuse pour raviver la fièvre, sa présence laisse une empreinte sournoise . Absente elle résonne dans nos têtes afin que l’imaginaire refasse le chemin qui mène au vertige .

J’ai osé jouir sous une voix, m’étouffer de plaisir dans ces gémissements, j’ai eu des soubresauts à chacun de ces grognements . Rien qu’à t’imaginer perdre la tête à m’imaginer me tordre dans une douce souffrance, je me suis moi même perdue dans ce rêve imprudent.

Comment suis je en arrivée là? entendre dire des obscénités et deguster chaque mot comme un aphrodisiaque précieux.
Ce ton m’a fait obéir, j’ai plié sous son autorité sans mot dire . Abandonnant mes doutes, oubliant qui je suis, j’ai accepté de donner le controle pour me fier à cette voix m’entrainant aux portes du plaisir.

je n’ose même pas y penser mais…

J’aime tes colères. Telle une tempête qui s’annonce , elles sont promesses d’une lutte toride, où nos corps en émoi se battent l’un pour l’autre avec à la clé une victoire. Celle du plaisir. J’aime tes murmures d’après l’amour. Comme quand le guerrier panse ses plaies après s’être donné avec passion . On dit que la passion détruit mais sans elle quelle saveur aurait notre union ? Comment pourrais je te toucher sans frémir, goûter tes lèvres sans les mordre, avoir envie sans me fondre en toi? Je veux du feu d’artifice dans nos étreintes, du soleil dans nos éclats, de la poésie dans nos regards , de la tension dans nos silences. Pour me sentir vivre j’aime t’avoir en image, j’aime quand ta seule pensée m’arrache un sourire ou réchauffe mes entrailles en m’arrachant un soupir. J’ai à présent la carte de ton coeur , l’itinéraire pour toucher ton âme. Alors enfin j’accepte d’être tienne, de te donner la clé pour me trouver . Je veux être libre de t’accueillir en moi , me modeler pour être ton parfait refuge. Lorsque ton souffle se pose sur ma nuque et que les battements de ton coeur me confient ton rythme, je veux danser pénétrée par toi en suivant ta mesure , te laisser m’entraîner dans ce que tu as de plus intime, t’entendre gémir, pleurer, crier , me dire jusqu’où tu espéres m’emmener….

L’amour se vit de l’intérieur…

La première impression est souvent la bonne
Une presence forte et rassurante
Un regard souriant et bienveillant
Une figure paternelle qui nous reconcillie
avec l’image peu flatteuse ancrée dans nos mémoires.
Se sentir aimée comme on le mérite,
Comme une reine retablie tandis que la princesse en nous se révèle comme elle aurait toujours dû être.
Il est tellement evident
qu’en trouvant celui qu’il nous faut
On devienne une meilleure version de soi,
Celle dont on voudrait qu’il soit fier.
Une histoire si speciale qu’on en chérit chaque minute, chaque journée ne sachant pas jusqu’où irait Ce rêve éveillé
Car on sait que cela n’est qu’une parenthèse inédite que la vie nous offre l’honneur de goûter .
Des souvenirs qu’on se fabrique de l’autre, les corps à corps, la douceur de certains moments, le plaisir brûlant, qui nous  prend encore même aujourd’hui lorsque le coeur s’évade pour le chercher dans nos souvenirs .
Une histoire qu’on vit comme une poésie
Un conte en couleur
Un rêve érotique
Une des 50 nuances de Grey …
Une série dont on ignore l’intrigue,
Car Dieu seul en a  écrit le scénario
Alors on joue son role à fond conscient qu’on aura pas meilleur partenaire.
En amour on aime parler du manque
Mais l’être aimé nous manque il vraiment
Quand on apprend que l’amour se vit de l’intérieur ?
L’Amour pour lui n’est il pas de le vouloir heureux avant tout ? Avec ou sans nous et même avec une autre que nous…
Si on veut etre honnete, Ce qui nous manque souvent reste physique .
La chaleur de ses mains lors d’un massage envoûtant
Des longs doigts violant avec délice notre intimité
Une bouche qui sans retenue délivre le plaisir et en recueille la jouissance
Les corps à corps disais-je
Et la peau qui frémit  par le doux traitement procuré aux sens…
Soupir. Si des souvenirs nous font revivre de telles sensations ,alors oui on peut s’évader plus loin ….
lorsqu’on se souvient a quel point on aime quand il est en éveil, quand il est tendu et incontrôlable, lorsqu’on le fait languir et s’ensuit un « suis moi je te fuis  » juste  pour faire durer le supplice, histoire de pimenter nos ébats
nous voir perdre le contrôle quand après s’être laissée capturée, on s’ouvre enfin à lui , prête a le recevoir, nous plongeant tous les deux dans une autre dimension.

Il est beau comme le soleil… Axel

  • « Il est beau comme le soleil.  Mon ami , mon amour de toujours.

 » il est beau comme le soleil  » cette melodie me revient sans cesse a chaque fois que je pense à lui.

De tous les hommes de ma vie, difficile de faire comparaison. Quand plus jeune je me suis retrouvée errant dans ce pays inconnu , à la recherche d’une voie , d’un but dans la vie, c’est lui qui m’a tendu la main. Il m’a montrée qu’on pouvait même venant de rien, s’intégrer et planter ses racines. J’ai trouvé un frère, une autre moi ,un ange gardien.

Il est tout un univers , Cet homme aux milles facettes . Impressionnant dans sa carrure , attendrissant dans ses douceurs. Il est homme , il est femme que sais-je ? Je préfère dire qu’il est une personne. La personne . Car personne ne peut lui ressembler. Difficile de rassembler en un être tout ce qu’il propose. Il est beau comme le soleil , j’aime cette image Car comme le soleil ,celui ci brille toujours , et surtout à son contact nous aussi
brillons. Il irradie par sa lumière, il sait donner de la valeur à  la moindre personne qui l’entoure.

Avec lui j’ai appris que quand bien même on serait fou ou pauvre, maudit Ou désespéré , on était aussi digne d’être aimé. Il est le bon samaritain. Celui qui ouvre la porte à la brebis perdue,  qui lave le crasseux, accueille le sans abris, donne à manger à l’affamé. sa générosité n’a aucune limite Sa sensibilité non plus. Il est immense comme le soleil, même aujourd’hui après avoir « fondu » en partie , il reste aussi impressionnant  »

Il sait nous faire rire, sa compagnie est un  » one man show » gratuit. Il donne de la substance à n’mporte  quel moment , Il nous decomplexe,  nous fait sortir de nos barrières mentales pour exprimer nos psychoses naturellement  car en effet on en a tous.

Il est facile de le suivre ,Avec lui on peut tout dire , avec nous il ose tout dire. Choqué Lui? Ça lui arrive aussi,  mais n’est ce pas bien mérité pour toutes ces émotions qu’il nous déclenche?

Hypersensible. Fragile. Fort. Infaillible. Immortel. Mystérieux. Mystique.  Hors du commun. Rassurant.  Magicien.  Torturé. Timide. Contrasté.

C’est mon meilleur ami. Je suis sa meilleure amie. je trouve banal de resumer ainsi le lien qui nous unit. On aurait pu être amants, frère et soeurs, ou jumeaux. Dieu a choisit de nous laisser nous retrouver dans cette vie et reprendre où nous nous étions arrêtés.  Je n’ai aucun doute que dans la prochaine on se croisera à nouveau.

Ma rencontre la plus tonique,  cette rencontre qui continue.